Sortie le 15 juin de « Histoire de la Franc-Maçonnerie belge, trois siècles d’existence « influente « . ….  » par Philippe Liénard

« Histoire de la franc-maçonnerie belge, une existence  » influente » depuis trois siècles ? »

Des origines jusqu’au XXIe, en passant par les premières Loges, les coulisses d’une pensée active aux éditions Jourdan. www.editionsjourdan.com

A destination de tous, maçons ou pas, l’auteur lève le voile, sans indiscrétion, sur l’Histoire assez méconnue de la franc-maçonnerie dite « symbolique » sur les territoires belges ; il en rappelle les origines, les légendes, les méandres, et, brosse le portrait de l’état de la franc-maçonnerie en Belgique au XXIe siècle.

Des tableaux reprennent les détails de centaines de francs-maçons ayant marqué la société belge depuis 1789.

La franc-maçonnerie belge, en expansion, et majoritairement « libérale », compte en 2017 près de 27.000 membres répartis surtout dans 6 grandes obédiences mixtes ou non (fédérations ou confédérations) ; elle comporte autant de laboratoires fraternels de pensée libre que de Loges, soit environ 440, où l’on planche sur des sujets de réflexion tant spirituels que sociétaux, dans l’égalité et le respect de l’autre.

De la Gaulle Belgique à l’improbable Etat belge né en 1830, en passant par 1789, la franc-maçonnerie en Belgique fut et reste à La croisée des chemins des options maçonniques de tendances différentes.

La Belgique fut autrichienne (1714), française (1794) et hollandaise (1813), ce qui ne fut pas sans effet sur la spécificité actuelle de la maçonnerie belge d’origine britannique.

La franc-maçonnerie perpétue un état d’esprit ancestral ; elle est un « art de bâtir » une société meilleure par l’amélioration de soi, et, elle fut aussi un instrument politique à travers certains de ses membres.

Des précurseurs, de 1717. en passant par des prémisses d’administration civile et militaire de puissances étrangères d’Europe, jusqu’à la Belgique « neutre et indépendante » à partir de 1830, et de son roi maçon Léopold 1er, une pensée maçonnique active plane sur la société belge.

Aujourd’hui, la franc-maçonnerie occidentale, et donc belge, reste discrète, s’avère beaucoup moins « interventionniste » ou « sollicitée » à travers ses membres, persiste à s’inscrire dans la Lignée des écoLes de sagesse, mais demeure La cible de préjugés, suscite la curiosité et un certain antimaçon-nisme, bien qu’étant appréciée pour les valeurs qu’elle véhicule.

L’auteur entre dans les coulisses des couloirs du temps et explique les visages maçonniques belges.

Facebook : Philippe Liénard

Facebook : Editions Jourdan

Publicités