Antimaçonnisme : Kemi Seba activiste panafricain fait une tournée au Bénin pour mobiliser contre la franc maçonnerie

Kemi Seba Stellio Gilles Robert, activiste franco-béninois dont le nom, Capo Chichi, situe ses origines à Allada, à 80 km de Cotonou, cité historique qu’il partage avec Gahou Guénon, le grand-père d’un certain Toussaint Louverture, est une star du politiquement incorrect. Ses faits d’arme, qui vont de la contestation virulente de la France-Afrique à la supposée suprématie noire, se sont corsés avec la mise à feu dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, d’une coupure de cinq mille francs CFA.

On l’avait découvert en 2015 suite aux propos virulents qu’il avait tenus contre Yayi Boni, président de la République d’alors, coupable, selon lui, de s’être « acoquiné » avec la France, pour avoir participé à la marche de protestation après l’attentat contre Charlie Hebdo.

Agitateur franco-africain en décalage avec les réalités africaines. Le site Babilown, fondé et alimenté par Blaise Aplogan, auteur du roman La Cola Brisée (L’harmattan, 1994), lui suggère, pour affirmer son africanité, de bien vouloir s’exprimer dans une langue béninoise, quitte à se faire traduire en anglais ou en français comme le font les évangélistes. « Lui qui hurle sur tous les toits sa colère en français en comptant beaucoup sur sa verve dans cette langue du colonisateur pour se faire entendre et respecter » gagnerait à utiliser une langue africaine pour rester en conformité avec sa logique panafricaniste. Ses prises de position toujours polémiques, toujours à réaction, rendent presque inaudibles ses discours quand ils n’entretiennent pas la confusion.

Pour rappel Kemi Seba a dû embarquer de force en 2017 sur le vol Corsair SS979, qui a décollé de Dakar pour atterrir à l’aéroport d’Orly ayant été expulsé de Dakar… L’arrêté d’expulsion avait été pris par le ministre de l’Intérieur « Le Gouvernement de la République du Sénégal a prononcé une mesure d’expulsion du territoire national sénégalais, à l’encontre du ressortissant franco-béninois Stélio Gilles Robert Capo Chichi, alias Kemi Seba », pouvait-on lire dans ce document rendu public dans la soirée. Outre ses récents démêlés judiciaires, l’arrêté d’expulsion souligne que Kemi Seba  « s’est fait aussi remarquer pour les propos désobligeants qu’il formule à l’encontre des chefs d’État et dirigeants africains et envisagerait de mener des actions préjudiciables à l’ordre public en appelant à des rassemblements intempestifs sur la voie publique. » Le texte, signé du ministre de l’Intérieur, justifie la décision d’expulsion par le fait que sa présence au Sénégal constitue « une menace grave pour l’ordre public ».

Récemment l’activiste panafricain a déclaré sur son compte Facebook vouloir faire une tournée au Bénin pour mobiliser contre la franc maçonnerie.

31150342_10156395772332082_6381070187467778662_n

antimaçonnisme

Publicités